Home L'école Historique

Historique

Envoyer Imprimer PDF

Lorsque "la loi de malheur" fut signée en 1879 (Loi qui interdisait l'enseignement de la religion dans les écoles), toute la Belgique se mit sur pied de guerre, de guerre religieuse s'entend, et Bois-de-Villers n'échappa pas au remue-ménage général. Voilà plus de cent trente ans que les conséquences de cette loi se répercutent ici puisque l'école libre de Bois-de-Villers s'est créée alors. C'est toute cette histoire que nous allons évoquer dans ses grandes lignes.


1880: C'est pendant le pastorat de Mr l'abbé Mélan que tout a commencé. Nous savons seulement qu'une école de filles était tenue au Vieux Tienne par une certaine soeur Sylvie, des filles de Marie de Pesche. La lutte scolaire battait son plein et connu sa période la plus rude entre 1879 et 1884.

L'école tient le coup cependant et on peut lire dans les annales de Mr le curé Warzée en 1890: "Nos écoles catholiques nous coûtent annuellement au moins 3 000 francs. "La Providence du Bon Dieu est admirable. Mes bons paroissiens ont pu fournir 30 à 35 000 francs en 10 ans".

Vers 1900, nous avions ici une religieuse entreprenante: Soeur Georges. Grâce à l'aide d'un curé de sa famille, étranger à la paroisse, une maison peut être construite avec une école comprenant une classe gardienne et une classe primaire (Actuellement la maison de Mme Meura et une première partie du vieux bâtiment de l'école). Une cour et un jardin sont aménagés. Le tout couvre une superficie de 10 ares 40 centiares.

En 1907, Mr l'abbé Vanderhaegen, alors curé de notre paroisse, vend l'ensemble à soeur Georges. L'acte est passé devant le notaire Arsène Martin. Voilà comment les religieuses Filles de Marie s'implantent à Bois-de-Villers.

Avant la guerre de 1914, Mr le curé Gilson supporte toute la dépense d'une nouvelle classe primaire plus spacieuse, qui sera partagée plus tard en deux parties inégales. Ce nouveau bâtiment est construit sur le terrain des religieuses (Ce qui va donner à l'école l'aspect qu'a encore le vieux bâtiment d'aujourd'hui). L'école va fonctionner ainsi pendant les quelques 25 années de l'entre-deux guerres.

Avant 1940 pourtant, l'école engage une institutrice laïque: Marie Nicolas.

En 1945, Marie-José Lemoine lui succédera.  Pendant une vingtaine d'années, des jeunes filles ont collaboré avec les religieuses à l'instruction des enfants.

En 1948, la responsabilité de l'école passe de Mr l'abbé Demarcin à Mr l'abbé Marlier.

Alors que personne ne pense encore a des changements imminents, Soeur Marie-Elie et soeur Henriette-Marie réunissent 52 élèves pour l'école primaire et 26 élèves pour l'école gardienne.

C'est en 1951 qu'éclate la nouvelle: Monseigneur Blaimont annonce le départ des religieuses. Aussitôt, la population catholique de la paroisse s'ébranle. Une pétition recueille de nombreuses signatures et une délégation est envoyée à Pesche ainsi qu'à l'évêché auprès de Mgr Blaimont.

La décision est reportée. Les religieuses resteront. Elles se succèdent cependant: soeur Gabrielle qui avait remplacé soeur Marie-Elie, est nommée à Yvoir, et c'est soeur Louise, qui avait déjà vécu chez nous pendant la guerre 14-18 qui devient supérieure et titulaire du 4° degré. Soeur Alice s'occupe des petits. Ce n'est qu'une accalmie.

En 1957, la question du départ des religieuses se pose à nouveau et cette fois, la décision est irrévocable. Beaucoup se demandent à l'époque, s'il faut maintenir une école libre avec des institutrices laïques. C'est une période difficile.

Il y a un peu moins d'élèves: 42 à l'école primaire et à peu près autant à l'école gardienne. Trois institutrices en assument la responsabilité. Fernande Borbouse, actuellement Madame Fastré faisait déjà partie du trio. L'école tient le coup.

En 1958, les bâtiments: quatre classes avec cour de récréation, appartenant aux Filles de Marie de Pesche, sont rachetés par l'ASBL des Oeuvres Paroissiales du Doyenné de Fosses. Ils seront payés grâce à un emprunt remboursable en 10 ans auprès des membres du comité scolaire.

Cette année-là, Melle Berthe Marchal, actuellement Madame Sacré arrive à l'école. Madame Sacré devint par la suite directrice. C'est à cette époque que Mr l'abbé Marlier reprend la direction du comité scolaire.

En 1964, la commune de Lesve organise un ramassage d'élèves à l'extérieur. Les parents des deux écoles de Bois-de-Villers s'unissent en une association commune.

En 1965, Mme Grandgagnage, jeune institutrice, fait son entrée dans le premier degré de l'école primaire. 26 ans durant, elle initiera les plus petits de notre école au plaisir d'apprendre, spécialement la lecture, l'écriture et le calcul.

En 1968, la crise semble passée. Vu la population croissante des enfants à l'école gardienne du Sacré-Coeur, le comité doit dédoubler la classe.

En 1975 et 1976, les difficultés renaissent. Le Comité de parents demande qu'une seule école subsiste à Bois-de-Villers. Va-t-on fusionner les deux écoles : école communale – école libre. Les réunions se multiplient. Finalement, l'école libre veut garder sa spécificité. En1976, elle deviendra l'Ecole Libre Mixte du Sacré-Cœur. Le Comité scolaire s'élargit, les statuts sont revus et l'équipe mise en place va, à partir de ce moment, œuvrer pendant plus de 20 ans. Mr Philippe Pessleux devient Président du Comité Scolaire qu'on appellera P.O. (Pouvoir Organisateur) et du Comité des Œuvres, les autres membres étant : Mr Grandgagnage J.-P., Mr le Curé, Mr Fonder P., Mr Marchal P., Mr Borbouse G.

Si la population scolaire va croissant, l'équipe enseignante fait de même. Des figures qui nous sont bien connues encore aujourd'hui commencent leur carrière aux environs de cette époque.

Nous avons : Melle Otte mieux connue sous le nom de Mme Annie (au 1er février 1969 grâce au dédoublement de la classe gardienne). Elle a terminé sa carrière en 2003.

Mr J-L Binamé en 76 inaugure la mixité à l'école. Il a connu la période héroïque, ayant la double casquette de chauffeur du car scolaire avant et après l'école et d' instit au degré moyen pendant le temps de classe. Sa carrière a pris fin en 2001.

Mme Rita Van Kerrebroeck (primaire) entre en 77 et Mme Nadine Gillet (matern.)en 79 jusqu'en juin 2009.

En 1978, nous inaugurions un nouveau pavillon. Mr Georges Borbouse et beaucoup d'autres s'en souviendront longtemps. Nous avions quatre classes primaires et deux classes gardiennes. C'est désormais Mr l'abbé Blondlet qui assume la responsabilité pastorale de l'école.

En 1979, nous avions quatre classes primaires et trois classes gardiennes (l'une d'elles étant obtenue par dérogation).

Le 12 octobre 1980, jour de la célébration du centenaire de l'école, celle-ci fonctionnait avec quatre classes primaires et une bonne réserve pour les années futures: trois classes gardiennes sans plus aucune dérogation.

Grâce au dynamisme de l'Equipe Enseignante, du P.O. , et du Comité de Parents qu'on appellera Association de Parents, l'école continue de se développer. Les fêtes annuelles : repas gastronomiques, dîners du carnaval avec fête enfantine, fancy-fair … ont rythmé jusqu'à nos jours les retrouvailles joyeuses et ont permis de financer des projets qui une fois réalisés ouvraient des perspectives nouvelles.

En 1987, inauguration d'un nouveau bâtiment particulièrement conçu pour accueillir les classes maternelles et le bureau de la directrice. Détail amusant, c'est à cette occasion seulement qu'on installe le téléphone à l'école. Quelques temps après, une grande cour de récréation et de nouveaux sanitaires pour les primaires sont aménagés.

En 1989, après une longue carrière qui marqua de nombreux anciens et de nombreuses anciennes élèves, Madame Sacré passe le relais pour une retraite bien méritée. Mr Richir M., son remplaçant, se trouve vite à l'étroit. Le P.O. comprend qu'il faut de nouveau construire. Une bande de terrain longeant la grande cour est achetée. Au fur et à mesure des réunions, le projet ne cesse de grossir. Finalement, le maître de l'ouvrage opte pour un pavillon avec un étage. Onze nouveaux locaux sont prévus. La situation était devenue à ce point urgente que Mr Richir avait cédé son bureau de septembre 1992 à juin 1993 aux plus petits de maternelles. A la grande joie des enfants et au grand étonnement de tous les autres, une roulotte de chantier délicieusement aménagée fit, pendant cette période, office de bureau. L'année précédente, un local avait déjà été aménagé en classe pour Mme Bénédicte à l'étage de la Salle Paroissiale.

A la rentrée 1993, six nouvelles classes étrennent ce " nouveau bloc "(bloc 1992)

Hélas, en janvier 1997, le deuil éprouve la Communauté Scolaire. Après une longue maladie qui vint difficilement à bout de son énergie et de son dynamisme, notre Président du P.O et du Comité des Œuvres, Mr Philippe Pessleux, nous a quitté. Chaque recoin de notre école parle encore de lui aux plus anciens. L'Equipe du P.O. qui depuis plus de vingt ans déjà se dévoue bénévolement prenant sur elle des responsabilités audacieuses désigne Mr P. Marchal pour reprendre les deux présidences.

En juin 1998, notre école est une nouvelle fois endeuillée. Pauline, élève de la classe Mme Rita, suite à une opération, nous laissait en souvenir son sourire. Que son prénom soit inscrit dans nos cœurs plus encore que dans cette évocation.

La nouvelle pédagogie et la croissance de la population scolaire se sont conjuguées pour toujours exiger un meilleur équipement, un plus grand espace de travail, une plus importante équipe pédagogique.

En 1999, Mr Richir estime qu'il peut céder sa place. Le P.O. fit son choix et retint la candidature de Mr P-B Lesuisse qui , avec enthousiasme, poursuit avec son équipe la mission d'éducation.

Discrètement, les premiers pionniers du P.O. ont également confié les rênes à une équipe plus jeune. Ils n'ont pas seulement laissé leur nom imprimé dans les anciens statuts mais ils ont marqué de leur empreinte, de leur sagesse de leurs compétences et de leur énergie toute l'infrastructure et la culture de notre école. Il est à souligner que le plus ancien de la nouvelle équipe reste l'infatigable Mr Georges Borbouse.

En 2001, en même temps que la célébration du cinquantième anniversaire de la Salle Paroissiale, nous inaugurons les transformations qui doublent désormais sa capacité.

Le préau tant attendu a été érigé durant le mois d'août 2005 et étrenné à l'occasion de la rentrée qui a suivi. Chacun s'en est réjoui!  Le 24 avril de cette année 2005, une belle fête marque les 125 ans de l'école!
La structure, plus contemporaine, s'adapte très bien aux autres constructions.

La place manque à nouveau.  A la rentrée 2006, une classe est aménagée à la salle paroissiale (5ème ou 6 ème année).

En 2009, on agrandit de nouveau; prolongation du bloc 1992 par une salle de psychomotricité au rez-de-chaussée, inaugurée en novembre; nouvel escalier intérieur également; fin des travaux en jullet-août 2010 par la finition de 2 nouvelles classes à l'étage.  Le nombre de  400 élèves est dépassé pour la première fois en juin 2009. 

En 2010, on atteint 12 classes primaires et 7 maternelles.  Voici déjà plusieurs années que l'école compte une trentaine de membre du personnel enseignant, administratif et ouvrier.

D'autres projets continuent à nourrir la réflexion du p.o et de la direction!

En septembre 2013, la nouvelle cyber-classe est opérationnelle...

Mise à jour le Vendredi, 06 Décembre 2013 19:22